Vous êtes iciNos Dossiers»Investir»Transmission»Afficher les éléments par tag : deces - Limmo.nc | Le Portail Immobilier de Nouvelle Calédonie

Donations et donations-partages : les règles du jeu

Pour optimiser les donations consenties à ses proches, mieux vaut maîtriser quelques règles juridiques et fiscales.

Le don reste le moyen le plus utilisé pour aider ses proches. De nombreuses exonérations fiscales cohabitent. La première, assez floue, concerne les « présents d’usage » : sommes ou objets offerts pour Noël, l’anniversaire ou un mariage, un diplôme, etc. pour que l’administration tolère le cadeau.
Ce dernier doit être « raisonnable » au regard de la fortune du donateur et, surtout, bien être versé pour une occasion spéciale.

Le don de sommes d’argent

Une autre donation existe sous le vocable « don familial de sommes d’argent ». Ce don est également exempté à hauteur de
3 500 000 francs une seule fois dans la vie du donateur (celui qui donne) et du donataire (celui qui reçoit). Il s’agit des montants transmis en chèque, virement ou espèces à un enfant, petit-enfant ou arrière-petit-enfant (ou à défaut de descendance, neveu ou nièce). Cette exonération se cumule avec l’abattement de 18 000 000 francs applicable tous les 6 ans sur les donations consenties entre parents et enfants (pour un don aux petits-enfants, cet abattement chute à 3 500 000 francs, pour un frère ou une sœur à 1 800 000 francs, pour un neveu ou une nièce à 1 000 000 francs).
Lorsque les sommes sont remises de la main à la main (don manuel), une déclaration est nécessaire : il suffit de déposer un formulaire à la recette des impôts du domicile du donataire, avec le paiement des droits. Si les services fiscaux découvraient le don non déclaré ultérieurement (lors d’une succession ou d’un contrôle fiscal), il serait retenu cette « date de révélation » comme point de départ.
Après ces différents abattements, les transmissions (en ligne directe) sont taxées à
5 % jusqu’à 1 000 000 francs puis 10 % pour les 2 000 000 francs qui suivent, 15 % pour les 7 000 000 francs qui suivent et 20 % au-delà de 10.000.000 francs. Entre frères et sœurs, le taux est de 30 %, entre neveux et nièces de 40% et entre tiers de 50 %.

Le donateur peut payer les droits

Les droits de transmissions sont en principe acquittés par le donataire. Mais l’administration autorise le donateur à les prendre en charge sans que cela ne soit considéré comme un cadeau supplémentaire. Sur le plan civil, toutes les donations peuvent en principe être rapportées à la succession sur demande de l’un ou plusieurs des héritiers (c’est-à-dire réintégrées au montant à répartir entre les héritiers), pour leur valeur actualisée au décès du donateur. Pour cette raison, quand cela est possible, préférez une donation-partage. Cet acte notarié, qui implique la présence de tous les enfants du donateur, fige la valeur des biens transmis et limite les litiges successoraux.En Nouvelle-Calédonie, la donation partage a un intérêt fiscal certain comparé à la Métropole. En effet, si une donation-partage est réalisée par un donateur de moins de 75 ans entre tous ses enfants, la taxation sera différente : au lieu de droits allant de 5 % à 20 %, ceux-ci seront de 3 % jusqu’à 5 000 000 francs et de 7 % au maximum pour des montants supérieurs à 5 000 000 francs (soit 7 % au lieu de 20 % en cas de donation simple ou en cas de succession).

Texte : maître Catherine Lillaz, notaire à Nouméa et membre du Groupe Monassier

Voici une sélection d'articles similaires qui pourraient vous intéresser :

  • Le Testament

    Quelque soit notre situation personnelle, marié, célibataire, avec ou sans enfants, nous avons tous des héritiers dont l’ordre est fixé par la Loi. Si l’on souhaite modifier en tout ou partie cet ordre, il est possible de faire un testament que le code civil définit comme « un acte par lequel le testateur dispose pour le temps où il n’existera plus, de tout ou partie de ses biens ou de ses droits et qu’il peut révoquer. »

  • Donner sans se priver

    Donner à ses enfants pour les aider à s’installer dans la vie, et réduire le coût des droits de succession qu’ils auront à acquitter un jour, est une préoccupation constante des parents. Mais l’espérance de vie augmente et si c’est une très bonne chose, elle s’accompagne également de questions et d’inquiétudes sur son avenir : ma retraite me permettra-t-elle de faire face à mes besoins, mon patrimoine est-il suffisant pour combler un manque éventuel ? Entre l’envie de donner et la peur de manquer, il n’est pas toujours facile de trancher.

  • Hypothèque, comment ça marche ?

    Dans la majorité des cas, un crédit immobilier est assorti d’une hypothèque. Cette garantie, qui porte directement sur le bien et exige l’intervention d’un notaire, permet au créancier, banque ou autre, d’obtenir une saisie pour se rembourser. Détails avec Maître Jacqueline Calvet- Lèques, présidente de la Chambre territoriale des notaires.

  • Des coups de pouce pour les primo-accédants

    Aide à l’accession, PTZ, défiscalisation...
    Vous n’avez jamais été propriétaire et vous envisagez d’acheter votre appartement ou votre maison ? Vous optez plutôt pour du neuf voire un logement en construction ? Outre le prêt bancaire et en fonction de votre situation, il existe des aides dont vous pourrez peut-être bénéficier.

  • Les droits du conjoint survivant, du partenaire pacsé ou du concubin en matière de baux d’habitation

    Si vous êtes propriétaire d’un logement occupé par un couple, à qui devez-vous adresser un congé pour reprendre votre logement ou le vendre ? Contre qui devez-vous diriger votre procédure d’expulsion ? Que se passe-t-il si le couple installé dans le logement se sépare ? Quid en cas de décès du locataire ? Autant de questions qui appellent des réponses différentes selon la situation des locataires.

© 2012-13 Groupe Les Nouvelles Calédoniennes - Conditions Générales d'Utilisation - Contactez-Nous