Vous êtes iciDossiers»Conseils»Vos droits»L'état des lieux : Valeur Juridique

L'estimation d'un bien

Avant de mettre son bien en vente, il est préférable d’en faire estimer sa valeur. On peut le faire seul, mais la prudence recommande de faire appel à un professionnel de l’immobilier.

Dans quels cas réaliser une estimation ?

Pour succession, un rachat entre conjoints, dans des situations de divorce ou de séparation ou encore à des fins fiscales, bancaires, ce sont les notaires ou les avocats qui vont demander un document rédigé par un agent immobilier. Cependant dans la plupart des cas, c’est une estimation verbale qui est demandée notamment pour une mise en vente ou simplement si un propriétaire veut pouvoir mieux situer son bien dans le marché. Cela correspond plus à un processus de décision : « Est-ce que je vends ou est-ce que je loue ? Combien vaut réellement mon bien ? Qu’est-ce qui est plus rentable pour moi ? »

 

Quelle différence entre une estimation et une expertise ?

L’estimation est sommaire et s’attache principalement à définir la valeur à un moment donné par rapport aux tendances du marché et aux produits en vente à cette période. L’expertise, quant à elle, plus complète, est réalisée par un professionnel du bâtiment ou de la construction avec une formation spécifique et concerne plutôt des points techniques de conception.

 

Ces démarches ont-elles un coût pour le propriétaire ?

Pour une expertise, il faut compter un tarif démarrant à 40 000 F pour un petit appartement. Tandis que l’estimation, souvent un simple acte oral, n’est pas facturée. Les professionnels de l’immobilier sont tenus par la réglementation de la Direction des affaires économiques. Cependant, à partir du moment où des conseils et surtout des documents sont rédigés, pour un tribunal par exemple, la démarche a bien évidemment un coût.

 

Quelle est la procédure pour faire estimer son bien ?

Bien sûr, le propriétaire peut se faire une première idée par lui-même en commençant par consulter les petites annonces dans les journaux et magazines, sur les sites Internet spécialisés. Toutefois, les éléments de confort ou certaines spécificités qui donnent de la valeur à un bien, ou d’ailleurs qui lui en donnent moins, ne sont pas toujours précisés ni pris en compte. Mieux vaut donc contacter un voire plusieurs agents immobiliers pour affiner cette estimation et obtenir un avis objectif de professionnels.

 

Pourquoi passer par un agent immobilier pour l’estimation de son bien ?

Il s’agit d’un professionnel qui a de l’expérience. Il est donc le mieux placé par rapport aux tendances du marché et maîtrise tous les critères dont il faut tenir compte dans le cadre d’une vente. Les agents immobiliers connaissent les prix de vente finaux qui ne correspondent pas toujours aux statistiques annoncées. Par ailleurs, ils prennent en compte toutes les caractéristiques affectant le prix de vente telles que la distribution des pièces, la vue, le quartier, le bruit, l’environnement : tout est passé en revue. Ce sont d’ailleurs des critères essentiels dont il faut tenir compte dans les arguments de vente. Dans certains cas, il se peut même que l’appréciation du professionnel soit en dessous de celle du propriétaire qui a souvent une démarche plus « affective » par rapport à la valeur de son bien. L’agent immobilier est là également pour rectifier le tir quand c’est nécessaire. En conclusion, un bien correctement estimé, c’est la garantie d’une vente rapide !

 

Marie Jeanne Stevaux

Voici une sélection d'articles similaires qui pourraient vous intéresser :

  • Vente : quels documents fournir ?

    La décision est prise : vous mettez votre bien, maison ou appartement, en vente et confiez l’affaire à un agent immobilier. Afin de pouvoir monter le dossier bien avant le passage devant un notaire avec le nouvel acquéreur, vous serez tenu de fournir un certain nombre de documents. Récapitulatif.

  • Vente en viager, comment ça marche ?

    D’un côté, une personne âgée qui souhaite compléter sa retraite en transférant son bien, de l’autre un tiers qui, en contrepartie, lui verse une compensation financière jusqu’à son décès : c’est le principe du viager. Un placement parfois intéressant pour le futur acquéreur mais qui comprend un aléa : la longévité du vendeur. Le point avec Maître Jacqueline Calvet-Lèques, présidente de la Chambre territoriale des notaires.

Plus dans cette catégorie : « Compromis de vente = marché conclu ?

© 2012-13 Groupe Les Nouvelles Calédoniennes - Conditions Générales d'Utilisation