Vous êtes iciDossiers»Conseils

Les questions à se poser avant de se lancer

Vous envisagez d’acheter un appartement ou une maison ?

Avant même de prendre rendez-vous avec votre banquier pour monter votre plan de financement, mettez les chances de votre côté et commencez à vous poser les bonnes questions.

Mes comptes sont-ils bons ?

C’est la première chose à laquelle il faudra veiller avant tout projet immobilier. En effet, votre banque va vérifier si vos comptes sont en état, s’ils sont sujets à des découverts ou pas, s’il y a un effort d’épargne ou encore si des crédits, notamment à la consommation, sont en cours. Bien sûr, le niveau des revenus, salaires et autres, aura aussi son importance. « Pour augmenter ses chances de se voir accorder un prêt immobilier mieux vaut montrer patte blanche dès le départ auprès de sa banque », indique Cédric Bérode, viceprésident de la CINC. Quitte à anticiper sur le remboursement de certains crédits.

Mon apport personnel est-il suffisant ?

Ne vous lancez pas sans apport personnel. Il s’agit de l’argent disponible, par exemple des économies ou encore un plan épargne logement, que vous pouvez investir pour acquérir votre bien. En général, l’apport personnel représente au minimum 10 % du montant total de votre futur bien et permet de couvrir essentiellement les frais de notaire mais aussi de dossier. Par ailleurs, plus votre apport sera élevé, plus vous aurez de chance de décrocher votre prêt.

Est-ce que j’ai droit automatiquement à un prêt à taux zéro ?

Le PTZ, prêt à taux zéro, peut être accordé par votre banque sous certaines conditions seulement. Véritable coup de pouce pour financer un projet immobilier, il s’applique uniquement dans le cas d’une primo-accession. Son montant est fixé en fonction de la composition de votre foyer et de vos revenus, bien sûr. D’autres aides existent, notamment dans le logement social et, dans ce cas, vous pourrez vous rapprocher de la Maison de l’habitat au 24 06 99.

Quel sera mon taux d’endettement ?

Qui dit emprunt dit mensualités : quelle somme pouvez-vous rembourser chaque mois au titre de votre prêt immobilier ? À titre indicatif, vos mensualités de remboursement, tous crédits confondus, ne doivent en général pas dépasser un tiers de vos revenus. « Lorsque tout a été pris en compte dans les calculs, le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33 % des revenus globaux, parfois 40 % si les revenus du foyer, bien sûr, sont en conséquence », précise-t-il.

Quelle différence entre un prêt à taux fixe et à taux variable ?

Voilà une donne qu’il va également falloir bien assimiler. Si vous optez pour le prêt à taux fixe, sachez qu’il sera défini dès la signature du dossier avec votre banque. Le montant des mensualités sera le même durant toute la durée du prêt. Avantageux lorsque les taux d’intérêt sont bas. Le prêt à taux variable, comme son nom l’indique, n’est pas figé. Il augmentera ou baissera tout au long de la période de remboursement, en fonction de l’évolution du taux directeur. Une certaine incertitude peut donc subsister.

Une fois le prêt accordé, est-ce que le bien sera hypothéqué ?

Effectivement, la banque veut se prémunir de tout défaut de paiement et l’hypothèque peut être envisagée sur toute la durée de votre prêt, sauf pour si vous êtes sociétaire de la Casden. La banque peut aussi proposer de substituer l'hypothèque à un organisme de cautionnement (crédit logement ou autre). Par ailleurs, vous devrez aussi souscrire une assurance qui couvrira vos proches notamment en cas décès. Proposée par les établissements bancaires, vous pouvez aussi opter pour un contrat auprès de votre assureur, à la condition que les garanties soient équivalentes.

Des taux extrêmement bas

L’Institut d’émission d’outre-mer, dans sa lettre mensuelle de mars, indique les seuils de l’usure. Ainsi, les prêts immobiliers à taux fixe sont de 3,96 %, à taux variable de 3,64 % et les prêtsrelais à 4,25 %. C’est donc encore le moment d’acheter !

26,7 milliards

Tel est le montant global des prêts à l’habitat accordés par la BCI en 2015, soit 42 % des octrois de la place.

Marie Jeanne Stevaux

Voici une sélection d'articles similaires qui pourraient vous intéresser :

  • PACS et l'achat d'un logement

    Plutôt que de se marier, certains couples optent pour le Pacs, pacte civil de solidarité. C’est tout simplement un contrat de vie commune qui se situe entre le mariage et l’union libre (concubinage). Plus souple à mettre en place et plus facile à rompre aussi, mais en cas d’achat d’un bien immobilier à deux, des précautions sont à prendre dès le départ, au risque d’avoir de mauvaises surprises.

  • La VEFA, une sécurité et des garanties

    La VEFA, vente en l’état de futur achèvement, concerne un logement neuf acheté sur plan, appartement ou maison individuelle. Le dispositif est soumis à une réglementation sécurisée dans l’intérêt du futur propriétaire, tant au niveau du suivi d’avancement de la construction que du financement, et se déroule en plusieurs étapes. Le point avec Nicolas Massé, vice-président de la CPI*.

  • Le Dispositif Calédonien de Défiscalisation

    Le dispositif calédonien de défi scalisation en faveur de l’investissement dans le secteur du logement intermédiaire, créé par la loi du pays du 13 décembre 20131, institue une réduction d’impôt sur le revenu des personnes physiques. L’arrêté du gouvernement du 30 décembre 2013 est venu préciser les modalités d’application de cette loi.

  • La vérité sur les frais de notaire

    A l'achat d'un bien, on a l'habitude d'assimiler l'ensemble des coûts engendrés par la transaction aux frais de notaire, alors qu'ils n'en représentent qu'une partie. Décryptage.

  • Acheter entre concubins

    Les couples de concubins, propriétaires de leur logement ou envisageant d’acquérir un bien, doivent s’interroger sur leur situation. L’union libre à cet égard n’est pas sans risque, car les concubins sont considérés comme de purs étrangers l’un vis-àvis de l’autre.

© 2012-13 Groupe Les Nouvelles Calédoniennes - Conditions Générales d'Utilisation